Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Claude Ober

La canicule doit inciter nos dirigeants à la remise en cause de leur politique.

Pourquoi continuer cette course en avant dans le bétonnage de notre commune, pourquoi ne pas prendre le temps d’améliorer l’existant? Si personne n'est responsable de cette période de forte chaleur, celle-ci devrait faire réfléchir notre maire socialiste qui ne voit le développement de Monteux que par le bétonnage et la création de nouveaux quartiers et laisse de côté la valorisation de l’existant. Selon l’INSEE (1) 450 logements sont vacants à Monteux sur les 5768 qui composent notre parc. Pourquoi endetter notre ville en multipliant les projets immobiliers plutôt que de proposer une aide incitative aux particuliers détenteurs de ces logements? Ceci aurait le double avantage d’enrichir les Montiliens et éviterait une perte d’espace naturel. Cette politique est d’autant plus regrettable qu’avec le réchauffement climatique en ville les surfaces largement imperméables emmagasinent le jour l’énergie solaire pour la relâcher la nuit dans l’air. Nous sommes tous d'accord pour rénover la ville, mais ça ne peut pas se faire avec un amas d'aménagements pseudo-festifs, "de placettes relookées en façades en trompe-l’œil". Est-ce cela qu’on appelle le sens de l’écologie ? Et de la gestion publique?

Comment progresser ?

Avant tout, il faut rendre la ville agréable à habiter, ne construisons pas trop et trop vite, utilisons les savoir-faire ancestraux comme l’aménagement de rues permettant la circulation d’air, mais il faut aussi que les citoyens agissent et fassent pression.

"De qui dépend que l'oppression demeure? De nous.

De qui dépend qu'elle cesse?" De nous encore".

Bertolt Brecht.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article