Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Claude Ober

Place de la République : comment a-t-on pu en arriver là ?

En allant à la rencontre des habitants du centre-ville, il est dommage d’entendre la place de la République n’est pas la meilleure chose qui nous soit arrivée.
Qui aurait pu croire que notre centre-ville se retrouve au centre d’un tel conflit de voisinage, qui dresse à ce point les habitants les uns contre les autres ? 
Malheureusement, c'est désormais devant le juge que le contentieux trouvera son issue, ...à grands frais d'avocats. 

Pourquoi un tel conflit ? 

Dans le but de tenter de ramener du monde dans la Traversée des Arts, la municipalité a eu la bonne idée de donner la mission à une association - le bar associatif le Polychrome, très sympathique au demeurant - de redonner corps au centre-ville, sans lui donner d'autres moyens que l'ancien local du PMU, place de la République. Les jeunes membres de l'association- dont on peut louer le courage et l'esprit d'entreprise -  s'y sont employés avec cœur et comme ils le pouvaient. Comme il n'y a pas grand monde la journée, la seule manière qu'ils ont trouvée pour amortir leur investissement a été de réaliser des concerts sur la place à la belle saison, deux fois par semaine. 

Le problème, c'est qu'il y a aussi des voisins ! Et des concerts deux fois par semaine sur une place qui est ce qu'elle est, et qui fait caisse de résonance jusqu'aux murs à l'abandon de la Tour Clémentine, ça tape sur le système ! ça passe d'autant moins que la même municipalité avait promis à ces voisins la douce animation d'un salon de thé. 

Et maintenant, comment redonner réellement vie au centre-ville ?  

Face à la colère des riverains et aux actions en justice, les jeunes responsables du Polychrome se sont adaptés, diminuant le nombre de concerts et le bruit engendré. Un sas anti-bruit sera même bientôt opérationnel. Mais le mal est fait et il est profond : le moindre écart est très mal ressenti par les riverains qui se sont constitués en association.

Pourtant, redonner une âme bien vivante à un centre-ville, même s'il a été abandonné pendant 30 ans, n'est pas une chose impossible. Il y a bien aujourd'hui pas loin de chez nous de merveilleuses petites places provençales, bien vivantes. Mais il faut pour cela changer la méthode : la science infuse ne sort pas du seul cerveau du maire - fût-il un professeur d'université respectable. Même habillée d'une communication coûteuse, l'idée du seul maire n'est pas forcément la bonne. Il nous faut au contraire accepter le dialogue, sincère et ouvert, et demander aux gens réellement ce qu'ils souhaitent et trouver avec eux les solutions pour redonner corps et âme à notre centre-ville.  Bref en revenir à Saint-Exupéry : « Veiller à placer l’humain au cœur de nos actions ».
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

monique lagier 01/03/2019 18:49

Ainsi que vous le dites très justement, le Maire nous avait promis un commerce ....tranquille! C'est ce que nous avons eu pendant un an, un salon de thé et nous étions très contents. Malheureusement, "Lilou" a du s'en aller et les ennuis ont commencé....