Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Patrice de Camaret

Une très belle messe d'adieu a été célébrée dans l'église Notre Dame de Nazareth le vendredi 27 janvier 2017. De nombreux Montiliens se sont joints à la famille de Raymond Chabran et ont rendu par leur présence un dernier hommage à leur ancien maire.

Au dos de la feuille de messe, chacun pouvait lire un joli poème de celui qui aimait notre ville comme un père responsable et plein d’affection, et qui gérait notre patrimoine commun avec un immense respect pour les générations à venir :

Clémentine

 

Quand je reviens de Carpentras,

Il me semble ou bien j’imagine,

Ô merveilleuse Clémentine,

Parfois que tu me tends les bras.

 

Sous le pont du chemin de fer,

Je devine ta silhouette

Et, malgré moi, vois-tu je guette

Un signe de toi dans les airs.

 

Lorsque, soudain, tu m’apparais

Majestueuse, Grande Dame,

Mon cœur, en un instant s’enflamme,

D’amour et de désirs secrets.

 

Je voudrais tant vers tes créneaux

Pouvoir voler, ma toute belle,

Et d’un seul bond, à tire d’aile,

Bientôt me retrouverai là-haut.

 

J’attendrais patiemment mon tour

Pour me poser sur ta muraille

Que le dernier oiseau s’en aille

Et nous laisse enfin seuls, ma tour.

 

Là, dans un câlin des plus doux,

Comme deux Montiliens bien sages,

Face aux comtadins paysages

Nous admirions le Ventoux.

 

Enfin, comme deux amoureux,

De ce pays qui est nôtre,

Serrés, blottis, l’un contre l’autre,

Nous pourrions contempler Monteux.

 

Puis, nous partirions nous cacher,

D’un pas léger, ma Clémentine,

Par nos ruelles serpentines,

A l’ombre de notre clocher.

 

Je te serrerai dans mes bras,

Et tu m’offrirais, j’imagine,

Ô ma douce Clémentine :

« Un baiser qui n’en finit pas !»

La tour Clémentine à Monteux

La tour Clémentine à Monteux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :