Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Patrice de Camaret

L'ordre de la Libération

Christian Gros a écrit sur la page facebook de Isabelle Vinstock le 18 juin à 15h54. Il publie un commentaire et accuse le député Marion Maréchal Le Pen et le conseiller départemental Rémi Rayé de faire de la "provocation" en déposant une gerbe à la date anniversaire de l'appel du 18 juin. Voici ce qu'il écrit :

"que Marion Le Pen et Rémy Rayé conseiller départemental FN, viennent déposer une gerbe à la cérémonie de commémoration de l'Appel du 18 juin, cela relève de la provocation pure et dure quand on sait que le FN a toujours soutenu les idées de Vichy, c'est-à-dire celles de ces collabos qui ont fait fusiller des milliers et des milliers de résistants. Souvenons-nous !"

Justement, souvenez-vous, Christian Gros que les deux seuls députés du Vaucluse qui, le 10 juillet 1940, ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, alors président du Conseil, étaient...de votre parti ! Et l'ordre des compagnons de la Libération ne connait en Vaucluse qu'un seul député qui était...de celui de Rémi Rayé ! Il ne s'agit pas ici de faire de la politique mais de rétablir les faits.

Souvenez-vous, Christian Gros, des gouvernements que vous connaissez bien qui votèrent pendant des années la réduction des budgets de la défense qui précéda la défaite de juin 1940.

Souvenez-vous que Rémi Rayé, à qui vous déniez le droit de poser une gerbe était officier français, et qu'il y a peu, pour aller servir sa patrie, il dit un jour au revoir à sa jeune épouse et à ses jeunes enfants en n'étant pas certain de revenir sain et sauf d'opération.

Plus généralement, remettre en cause la valeur travail, ne plus croire ni au mariage ni à la famille, ni même à l'avenir de la Patrie ne saurait autoriser à traiter ses adversaires de "Nazis".

En démocratie, la politique ne gagne rien à faire la morale avec arrogance, au mépris de la réalité des faits.

Souvenez-vous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :